Prisca, Animatrice communautaire

COHESION SOCIALE
 

Prisca est animatrice communautaire du volet « cohésion sociale » pour le projet RESILAC. A travers le partenaire du projet au Cameroun, le Comité Diocésain de Développement (sous contracté par le CCFD-Terre Solidaire), elle est impliquée auprès des femmes et des jeunes de 8 cantons de la commune de Mora, dans la région de l’extrême Nord Cameroun. Elle nous parle de son investissement, du rôle qu’elle exerce auprès des populations et des changements qu’elle a constatés au sein des communautés qu’elle appuie.

Prisca.jpg
 

 « Je suis fière parce que aujourd’hui je sers d’exemple        pour les jeunes filles dans les villages » 

RESILAC

"Je suis animatrice communautaire sur le volet « Cohésion Sociale » du projet RESILAC. J’appuie les femmes et les jeunes dans la structuration et le développement d’associations dont le but est de renforcer la cohésion sociale. J’interviens dans 24 villages auprès de 33 associations, dont 18 sont exclusivement féminines.

Au quotidien, je mets en place des formations afin d’apprendre aux membres à structurer leur association, j’assure le suivi de ces associations, j’organise des dialogues intercommunautaires pour inciter les différentes communautés à

mieux se comprendre et à vivre ensemble et j’aide aussi les associations à faire entendre leurs

voix auprès des autorités en tant qu’intermédiaire.

Par exemple, avec les femmes d’un village, nous avons créé une association-plateforme

appelée « association des femmes unies pour le développement d’Outogo* ».

C’est une association de danses traditionnelles qui fédère les autres associations du village

en les informant, proposant des activités communautaires et menant des actions profitant

à l’ensemble de la communauté.  Même les personnes qui ne font pas partie d’une association

membre peuvent se joindre aux activités. Les autorités locales sont aussi toujours présentes

lors de nos activités. Cette association-plateforme est un réel symbole d’unité qui mène

des activités avec toutes et tous qu’importe leur ethnie ou leur religion.

Mais mon rôle ne s’arrête pas là. La plupart des gens que je rencontre souffrent beaucoup

au quotidien alors je leur apporte aide et écoute.

Je suis née et j’ai grandi dans un village à quelques kilomètres de Mora, je connais les

problèmes que les gens rencontrent.

Depuis très jeune, je souhaitais apporter ma contribution au développement de la région

dans laquelle j’ai grandi et notamment aux femmes. Ici, très peu de filles peuvent aller à

l’école, moins de 15 filles de mon village ont pu atteindre la licence par exemple.

Petite, je voyais mes tantes travailler très dur physiquement sans pour autant être

indépendantes. Je me suis toujours dit que je ne voulais pas être comme elles.

 

                                                                                           Je voulais avoir mon autonomie et faire un travail qui me plaît alors j’ai fait des études de                                                                                             socio anthropologie pour travailler avec les communautés. J’ai eu la chance d’être                                                                                                         soutenue et encouragée par mes parents. Ma mère a travaillé pendant plus de vingt ans                                                                                               en tant qu’infirmière alors pour elle, c’était inconcevable que je reste à la maison pour                                                                                                   être une femme au foyer.

                                                                                           J’aime le fait de participer au développement des villages de ma région. J’aime mon                                                                                                     travail et j’aime voir les changements que j’apporte au sein des communautés et                                                                                                           notamment pour l’indépendance des femmes. J’apporte du dynamisme aux associations                                                                                             et aux femmes que j’appuie; je les aide à prendre conscience qu’elles ont beaucoup de                                                                                                  potentiel et à avoir confiance en elles.

                                                                                           Au début, les femmes ne savaient pas qu’elles pouvaient faire les choses seules sans                                                                                                     l’aide d’un homme et les hommes n’avaient pas confiance non plus. Même au sein de                                                                                                    leur propre association, un homme était désigné afin de faire les choix à leur place.

Au fil du temps, j’ai constaté plusieurs changements dans l’attitude des femmes.

En apprenant à gérer leurs associations, elles ont découvert qu’elles pouvaient mettre en œuvre des projets impactants. Elles ont beaucoup plus confiance en elles, elles participent activement aux dialogues communautaires, elles prennent des décisions pour leurs associations, elles prennent des initiatives et apportent de gros changements dans leurs communautés. Par exemple, dans un des villages couverts par le projet, les hommes ne voulaient pas creuser un puit alors qu’il n’y en avait pas. Les femmes devaient marcher des kilomètres pour aller chercher de l’eau dans la montagne. Alors elles ont creusé elles-mêmes le puits qui s’appelle « le puits des femmes ».

Aujourd’hui, ce sont les maris eux-mêmes qui participent aux activités et viennent me voir pour que leur femme intègre les associations. Ils voient qu’elles font des choses bien pour la communauté, qu’elles font bouger les choses et que les gens sont fiers d’elles !

Je suis fière de ça parce que j’ai brisé les préjugés que les hommes avaient sur les femmes.

Mais ça n’a pas toujours été facile. Les trois premiers mois ont été difficiles en tant que femme et en tant que jeune, j’ai 26 ans.

C’est un milieu où les femmes ne sont pas vraiment reconnues au sein de la société. Elles ne peuvent pas souvent parler devant les hommes, faire des études ou travailler. Un jour, pendant un atelier communautaire que j’animais, un des leaders communautaires participant a déclaré, en parlant de moi, « qu’est-ce que cette petite fille peut nous dire ?! ». Il ne pensait pas que je pouvais lui enseigner quelque chose.

Mais je me suis imposée, j’ai parlé, fait mes présentations et il s’est rendu compte que je lui avais appris des choses et que ce que je disais tenait la route ; ils étaient même impressionnés et sont venus me parler à la fin de la séance.

J’ai grandi dans la localité donc je sais m’adapter aux personnes et aux situations. Je pense que ça m’aide à me faire accepter et j’ai beaucoup d’humour aussi, ce qui brise la glace et facilite le contact avec les gens.

J’ai vraiment dû m’imposer et m’adapter aux contextes pour montrer qu’en tant que femme j’étais tout aussi capable qu’un homme de parler en public et de faire bouger les choses."

 

Pour toi, c’est quoi le 8 mars ?

"Ce n’est pas seulement une journée pour bien s’habiller, sortir et faire la fête. C’est le jour où les femmes doivent s’impliquer, réfléchir, prendre des décisions au sein de la communauté pour se démarquer positivement."

 

 

 

* Le nom du village a été modifié.

RESILAC

RESILAC