Ismaïla*, le maçon de Mainé Soroa

REDRESSEMENT ECONOMIQUE ET RESILIENCE DES POPULATIONS
Programme d'insertion socio-économique à travers les chantiers à Haute Intensité de Main d'Œuvre (HIMO) et de formations professionnelles, commune de Mainé Soroa, région de Diffa, Niger.

Ismaila 2.jpg
 

Ismaïla a 35 ans. Bénéficiaire d'activités d'insertion socio économique du projet RESILAC,  il raconte ce que le projet lui a apporté: 

"Je m’appelle Ismaïla, j’ai 35 ans et je suis bénéficiaire du projet RESILAC dans un village de la commune de Mainé Soroa, dans la région de Diffa au Niger.

Depuis 2016, je travaillais à Mainé Soroa en tant qu’apprenti maçon pour un patron qui possédait une entreprise de construction de salles de classes et de bâtiments. J’aimais cette activité mais elle ne me permettait pas de gagner correctement ma vie. Je devais en plus exercer des petits métiers quand je pouvais pour gagner un peu plus d’argent. Cependant, même avec ces revenus supplémentaires, je n’arrivais pas à subvenir aux besoins de ma famille.

Alors lorsque le projet RESILAC est intervenu dans ma commune, j’ai tenté ma chance et ai été sélectionné parmi les 100 jeunes de mon village pour participer aux Travaux à Haute Intensité de Main d’Œuvre (HIMO).

Pendant quatre mois, nous avons travaillé sur le chantier de fixation des dunes pour protéger notre cuvette de l’ensablement contre une rémunération de 50 000 FCFA par mois. Grâce à cet argent, j’ai pu assurer mes dépenses quotidiennes avant d’acheter les premiers outils pour mon activité de maçonnerie.

Après les quatre mois du chantier HIMO, RESILAC nous a proposé des formations professionnelles adaptées à nos besoins et à ceux du marché. Nous avons été soixante jeunes à être retenus pour participer à diverses formations, chacun sur la filière qu’il a choisie, pendant six mois. J’ai ainsi été formé à la maçonnerie.  Nous avions tous appris le métier sur le tas, alors ces six mois nous ont permis de nous améliorer et d’apprendre des techniques professionnelles pour être plus productifs et fournir un travail de qualité.

A la fin de la formation, le projet a remis à chacun des participants un kit d’installation pour débuter son activité. Mon kit [comprenant tous les éléments dont un maçon a besoin] m’a permis de faire grossir ma petite caisse à outils et de commencer à réaliser de petites prestations au niveau de mon village. C’est à ce moment que je me suis fait de plus en plus connaître dans les alentours.

Deux mois après avoir débuté mon activité en tant que maçon indépendant, beaucoup de villages environnants ont commencé à faire appel à moi pour des prestations journalières ou de plus gros contrats.

C’est une fierté d’être désormais reconnu comme professionnel dans mon domaine ! Le projet a même fait appel à mes services afin de sécuriser les pompes immergées solaires de sites maraîchers communautaires.

Aujourd’hui, j’emploie quatre apprentis qui gagnent leur vie grâce à moi, je suis économiquement indépendant et arrive même à aider mes proches en cas de besoin !"

*Le prénom a été modifié