Zabi: coudre un avenir meilleur

PROGRAMME D'ASSISTANCE DE MICROPROJETS MIS EN PLACE PAR RESILAC : COMMUNAUTE GONGULONG DANS LA COMMUNE DE JERE, ETAT DE BORNO, NIGERIA

Témoignage © RESILAC

Zabi Umar (au centre) avec des bénéficiaires du programme RESILAC de travail à haute intensité de main-d'œuvre à Gongulong

 

 

 

 

 

La communauté de Gongulong de la région du gouvernement local de Jere, dans l'État de Borno, a connu un conflit qui s'est enlisé, avec des attaques prolongées qui ont eu un impact économique négatif sur les moyens de subsistance de la communauté.

 

Zabi ALHAJI MARU, une veuve de 33 ans, seul soutien de famille pour ses sept (7) enfants, dont le plus jeune a à peine cinq ans, a bénéficié du projet de redressement économique et social.  Ce projet a fourni des opportunités d'emploi à court terme aux ménages les plus vulnérables grâce à des activités génératrices de revenus, notamment la construction de systèmes d'irrigation et d'eau, afin d'atténuer les effets économiques et sociaux du conflit en cours dans la région.

"Avant l'intervention, je gagnais ma vie en cousant, tricotant et faisant des broderies pour les membres de la communauté. Avant, je gagnais à peine cinq mille nairas par mois parce que la machine à coudre était toujours défectueuse et que je ne pouvais pas répondre aux demandes de mes clients, par conséquent, je ne gagnais pas assez pour nourrir mes enfants et encore moins pour les envoyer à l'école".

 

 

Un changement dans les activités de Zabi s'est produit en 2019 avec le projet RESILAC. Elle a été identifiée pour participer à l'activité "argent contre travail". En conséquence, Zabi a gagné 50.000 N (137,725USD) par mois pendant trois mois consécutifs.

Le programme "argent contre travail" de RESILAC a directement permis à 300 jeunes (229 hommes et 71 femmes) de bénéficier d'une aide en argent contre travail, leur ouvrant ainsi une nouvelle voie professionnelle. Pour les aider à maintenir leurs revenus, une association villageoise d'épargne et de prêt (VSLA) a été créée, les participants s'efforçant d'épargner les bénéfices de leur entreprise pour améliorer leur capital. Cela se traduit par davantage d'opportunités économiques pour les femmes.

 

L'augmentation de ses revenus a permis à Zabi d'offrir une vie meilleure à sa famille ; ses enfants peuvent maintenant aller à l'école.

 

 

 

"Après avoir reçu l'argent, compte tenu des problèmes que j'ai eus avec ma machine à coudre, la première chose qui m'est venue à l'esprit a été d'acheter une nouvelle machine à coudre. Par la suite, les affaires ont été florissantes et les clients sont maintenant plus satisfaits. Je suis très heureuse d'avoir participé à ce projet qui a redonné de l'espoir à ma communauté", s'est réjouie Zabi alors qu'elle travaillait sur un tissu qu'elle était en train de coudre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zabi a également acheté une machine à coudre pour sa fille aînée en guise de cadeau de mariage. " Avec un cœur plein de gratitude, mes revenus ont tellement augmenté que je peux nourrir mes enfants et les envoyer à l'école ", dit Zabi avec un soupir de soulagement sur tout le visage, portant son écharpe magnifiquement ornée de la marque RESILAC-ACF, alors qu'elle partage son histoire.

 

"Maintenant, je peux mieux répondre aux besoins quotidiens de mes enfants. RESILAC m'a donné les moyens d'agir et a résolu mon plus grand souci dans la vie : inscrire mes enfants à l'école", dit-elle avec fierté en câlinant ses deux petits enfants qui viennent de rentrer de l'école.

 

 

Témoignage © RESILAC

Zabi Umar cousant des vêtements avec la machine achetée avec l'argent qu'elle a reçu en tant que bénéficiaire du programme RESILAC Travail à haute intensité de main-d'œuvre.

Témoignage © RESILAC

Zabi avec ses enfants qui peuvent désormais aller à l’école.